Votre
sauna/hammam
Intérieur d'un sauna

Publié le 15 novembre 2010 | par Hydro Sud Direct

1

Saunas et hammams, histoire et tradition…

Petite pièce ou cabane fermée destinée à nous offrir un bain de chaleur sèche allant de 70 à 100°C, le sauna puise ses origines en Scandinavie et plus particulièrement en Finlande.

Pourtant, ces cabanes de sudation existent depuis la préhistoire dans les régions froides de l’hémisphère nord. Elles étaient alors en bois. 
Elles deviennent ensuite des saunas enterrés, afin de conserver plus longtemps la chaleur et pouvoir profiter du sauna en plein hiver.

Le dernier ancêtre du sauna moderne est le sauna à fumée, que l’on appelait «étuves» en France. Des pierres sont chauffées par un feu de bois. Puis, les cendres et les braises sont enlevées avant qu’une personne verse doucement de l’eau sur les pierres, afin de créer une vapeur sèche surchauffée.

Dans le sauna tel qu’on le connaît et utilise désormais, un poële électrique (ou à bois) chauffe des pierres à sauna. Ces pierres sont souvent volcaniques, en raison de leur résistance à la chaleur, mais on en trouve aussi des synthétiques et céramiques.
Comme pour les saunas à fumée, de l’eau est versée sur les pierres chaudes afin de créer de la vapeur (löyly en finlandais)
Un sauna a un taux d’humidité situé entre 3 et 20%. L’air n’étant pas aussi saturé d’humidité que dans les hammams, la température y est donc beaucoup plus élevée : environ 80-90°C en moyenne, même si certains saunas peuvent atteindre des températures de 110°C !

crédit : Chadmiller

Les suédois et les finlandais sont les spécialistes du sauna : En Finlande, on trouve 2 millions de saunas pour 5,2 millions d’habitants.
Le sauna s’inscrit dans une tradition sociale et familiale. Il n’est pas rare que des négociations professionnelles se fasse dans un sauna, dans les pays scandinaves.
«Refuser de prendre le sauna avec un finlandais est considéré comme impoli»

Dans la pratique, on utilise un sauna nu, souvent avec une serviette sous les fesses pour éviter les brûlures.
Généralement, on alterne des séances courtes dans le sauna, puis un «bol d’air frais» et une douche plus fraîche ou froide, et on recommence, avec le sauna, l’air frais et la douche,…
L’objectif principal est la détente et la convivialité, mais aussi l’hygiène et le confort, ainsi que la santé. En effet, la pratique du sauna permet la stimulation de la circulation sanguine, un renforcement du système immunitaire, entre autres bienfaits.

crédit : maaniemi

Le hammam quand à lui est un bain de vapeur humide. Autrement appelé «Bain maure» ou «bain turc», il va chercher ses origines dans les thermes romains.

La pratique du hammam se développe principalement dans l’empire ottoman et dans les pays du Maghreb et du Moyen Orient, pour ses vertus en matière d’hygiène.
Pourtant, l’Eglise Chrétienne l’interdit au XIIIème siècle en Occident, par peur de la propagation de maladie et pour préserver la moralité de ses peuples.

Le hammam est particulièrement populaire pendant l’ère victorienne en Europe, comme en témoigne les oeuvres picturales de l’époque, marquées par un courant artistique appelé «orientalisme». On peut par exemple noter «le Bain Turc» de Jean Auguste Dominique Ingres.

Il prit toutefois rapidement une signification religieuse dans les pays orientaux, avec un objectif de purification du corps et de l’esprit. A l’origine, il était réservé aux hommes, mais la religion l’a autorisé aux femmes pour ses qualités de «purification». C’était, et c’est toujours, un lieu important dans la religion musulmane lors des grandes étapes de la vie des femmes, telles que le mariage ou les naissances.

C’est avant tout un lieu d’échange et de détente, doté d’un rôle social prédominant.
Souvent, le hammam n’est pas mixte : soit il est doté de salles séparées, soit les horaires sont aménagés pour que les femmes profitent des lieux le matin, et les hommes en fin d’après-midi par exemple.

Dans la tradition, après s’être dévêtu, on évolue d’une salle à l’autre, chaque salle étant plus chaude que la précédente.

On va au hammam pour se relaxer, pour préparer sa peau à des soins, massages et gommages, et pour un hygiène parfait.

crédit : La Serena Altea

Qu’il s’agisse du sauna ou du hammam, ces lieux de détente sont désormais accessibles encore plus facilement car il est possible d’installer un sauna et/ou un hammam chez soi !

Mots clés : , , ,



Haut de page ↑

  • Eau fait...

    • Construction piscine : la taxe d'aménagement


      La taxe d'aménagement qui est entrée en vigueur le 1er mars 2012 concerne aussi les piscines !

      Petite explication :

      La taxe d'aménagement est une taxe qui porte sur les opérations de construction nécessitant une autorisation - Déclaration Préalable (DP) ou Permis de Construire (PC) - prévue par le Code de l'urbanisme.

      Les piscines de plus de 10 m² sont donc soumises à cette taxe.

      IMPORTANT : La taxe d'aménagement ne sera perçue qu'une seule fois.

      Exemple chiffré :

      La taxe d'aménagement d'une piscine de 8 x 4 m est de 272€

      Le produit de la taxe est réparti entre la commune et le département selon les modalités suivantes :

      • la commune : son taux doit se situer dans une fourchette comprise entre 1% et 5%.

      • le département : son taux ne peut excéder 2,5%*.

      L'assiette : pour les piscines, la taxe est fixée de façon forfaitaire, à savoir, 200 € par m².

      Donc, si l'on considère un taux médian à 4,25%, voici un exemple de calcul de la taxe pour une piscine de 4 x 8 m, soit 32 m² :

      Pour 1 m² de bassin, la taxe serait de 8,5 euros (1 m² x 200€ x 4,25%).

      Pour une superficie de bassin de 32 m² la taxe serait de 272 euros (32 m² x 8,50€).

      *Pour les départements de la région Île-de-France uniquement, le taux ne peut pas excéder 1%.
       
      source et informations complémentaires : Service-Public.fr

  • Video